CHARLES LOUIS MANGOLD  ALIAS" BROSSARD" ALIAS  COMMANDANT VERNOIS

   Un héros, un résistant , un Alsacien simplement .



SI DES FAMILLES ONT MARQUÉES L'HISTOIRE LES MANGOLD SONT DE CELA

Dans le cher durant la guerre la famille Mangold marquera son  séjour à Vierzon par des actions de la part d'Émile qui passeur va permettre a des Français dont des Alsaciens de retrouver un peut de liberté , les fils par leur travail d'interprete seront  amenés a rejoindre la résistance ,  il y aura aussi le fils louis restait à Erschtein  incorporé de force qui tombera sur le front russe ,aussi le cousin Charles qui sera fusillé en juillet 1944 suite a l'attenta contre hitler et il y aussi Charles louis MANGOLD qui  est le   demi frére d'Emile réfugié à Vierzon  Charles louis est réfugié avec sa famille  dans le Periguord  son fils rejoindra la résistance , son neuveux à vierzon rejoindra le maquis pour ensuite etre inorporé dans la 1 armée  CHARLES  LOUIS  MANGOLD reste un Alsacien simplement . Grace à Laurette Mangold la fille d'un des fils d'Emile l'histoire de cette famille prend sa place dans l'histoire .

Le témoignage  recuellis et texte de René AUXERRE de l'A N A C R <<La Voix de la résistance en Dordogne >> n3 Février 1971 p 2



charles mangoldCHARLES LOUIS MANGOLD

Charles Louis MANGOLD était né le 22 Août 1891 à Ostwald, localité d’un peu plus de 5.000 habitants, située à quelques kilomètres au Sud de Strasbourg. Employé du Ministère, il était replié à Périgueux comme beaucoup de réfugiés Alsaciens pendant l’occupation, et habitait au début le quartier Saint-Georges avec sa compagne et son fils.
Fervent patriote, Il était plus connu dans la Résistance, d’abord sous le nom de BROSSARD, mais surtout sous celui de VERNOIS. Le Commandant VERNOIS, héros de l’Armée Secrète, était arrêté, odieusement torturé et fusillé devant le mur du quartier Daumesnil, le 12 Août 1944, vers 18 heures. Il allait avoir 53 ans…Evoquer la mémoire 27 ans après, sur le regretté Commandant VERNOIS, n’est pas chose facile. Surtout lorsqu’il s’agit de ce héros de la Résistance.D’origine alsacienne , Charles MANGOLD n’avait jamais accepté la défaite de 1940 et ne pouvait tolérer que son Alsace natale, que son pays la France, soient occupées par les fascistes hitlériens. Il n’aimait pas plus les collaborateurs de Vichy. Aussi, c’est tout naturellement que ce grand patriote rejoignit en Dordogne, les soldats de l’ombre, les soldats de la Liberté.

C’est dans la clandestinité que Charles Mangold devint le Commandant VERNOIS. Accepté par tous comme le Chef Indiscutable, comme le frère de combat unanimement respecté, VERNOIS fut reconnu comme le responsable de l’Armée Secrète de notre Département. Sa fine silhouette, son bon et franc sourire, ses énormes compétences, son inlassable dévouement, en ont fait l’âme de l’Armée Secrète dans toute notre Région.
Obligé d’abandonner sa situation civile, perpétuellement traqué, sa tête mise à prix par la Gestapo, les Allemands souvent sur sa piste, ne parvenaient pas à l’arrêter, Alors, qu’importait !...
Malgré toutes les embûches, en effet, le Commandant Vernois continuait le combat et intensifiait même son activité. Pourtant, le 7 Août 1944, la chance tourne.Les soldats nazis, ceux-là même que Vernois haïssait par-dessus tout, patrouillent sur la route de Bordeaux. Venant vers Périgueux, Vernois est arrêté entre Razac-sur-l’Isle et La Cave. Très vite reconnu par les Nazis, Vernois est emmené à pied jusqu’à Chamiers, où Il sera gardé à vue dans une épicerie, en attendant que la sinistre Gestapo, alertée téléphoniquement de sa capture, vienne le prendre.
Conduit au 35e, Vernois subit des sévices innombrables. Questionné, Il refuse de parler. Alors les coups pleuvant. La torture commence. Vernois ne dit rien, les supplices n’ouvrent pas sa bouche. Enfermé dans une cellule, souffrant terriblement, mais refusant de voir son corps souillé par les balles du peloton d’exécution nazi, le Commandant Vernois s’ouvrit les veines à l’aide d’une boîte de conserve, avec l’espoir de mourir ainsi en toute fierté. Alertés, ses geôliers ne lui permirent même pas la mort qu’il avait choisie. Ligaturant ses bras, ils le ranimèrent d’une piqûre et le conduisirent immédiatement au poteau d’exécution. Une rafale, et VERNOIS, héros de la Résistance, payait son tribut à la Liberté et à la France.

Son fils, à son exemple, faisait lui aussi partie de la Résistance en Dordogne.


Retour à l'accueil

http://www.tampow3945.com/index.php 

 

 
 


 



































 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement