DE STRASBOURG Á TAMPOV
Un alsacien au coeur de la tourmente
1939 1945


7° partie le camp de Tampov 1944 1945 (3)

La vie au camp

CETTE PAGE EST FAITE A PARTIR DES DOCUMENTS DE CHARLES BOHNERT ET DES DOCUMENTS  D'OUVRAGES  SUR LE SUJET IL EST IMPOSSIBLE DE LES CITER TOUS AUSSI JE FERAI EN SORTE DE CITER LES AUTEURS



                        LES HORAIRES DOCUMENT DE CHARLES BOHNERT 1945 TAMPOV
HORAIRES TAMPOV










 LES BARAQUES

Deux types principales de 80 a 250  hommes ou plus

     Intérieur

 

    A l'intérieur au moment de la pesée du pain  ( Thiam)

interieur 1   interieur2

 

  Le jeune Charles fera plusieurs baraques durant sont séjour  il a gardé un souvenir sur une en particulier  la 73 durant sa quarantaine .Il y avait là une ambiance lourde ,les bobards les plus fous circulé  dont certains étaient des plus invraisemblables , aussi  dés son arrivée ils se souvient de l'accueil de certains favorable aux communistes qui prenaient un certain plaisir a présenter les avantages du système soviétique .Pour lui comme pour beaucoup cet aspect là était loin d'être le principal c'était surtout Vivre ou survivre . Dans ces baraques  a demi enterrées ,le froid, l'humidité ou la chaleur suivant les saisons étaient présentes en permanence ,l'odeur très  particulière et forte   venait s'ajouter à ce cadre de vie   mais celle-ci était bien rapidement oubliée . sur les chalits chacun faisait sa vie , les discutions, étaient le seul  lien humanitaire. Dans certaines baraques le chef de ces logements! se situé bien  au dessus des hommes sous sa responsabilité alors que dans d'autres l'égalité était  la réalité de chaque jour ..

 Les baraques selon charles Bohnert << Ou plutôt nommées abris on en connaît des grandes à double bats-flancs et des petites a simple bats-flancs .Les grands cantonnements jusqu'à 300 personnes ,pas de plancher ,il pleut dedans ,pas de vitre,guère de fenêtre ,en sorte très malsaine ,les petites jouaient aux grandes avec 150 personnes .On considéré ces abris plutôt comme des tombeaux  la compagnie des punaises était permanente ,les poux, les rats, nous tourmentaient au point que certains préférés dormir à l'extérieur  nous couchions à cinq dans les compartiments sans paille, ou autres matière a  rendre le repos  plus facile ,la postions en chien de fusil facilité le sommeil ,bien souvent la nuit certains voulant se rendre au lieu d'aisance  faisaient en sorte d'éviter de troubler les instants de repos de leurs camarades et au petit matin ont les retrouvés endormis a tout jamais sur le chemin des toilettes ,la corvée de chi....te se chargée du ramassage . >>

Appel ou Prowerka


En hiver c'est a 6 heure que l'appel se fait après la soupe du matin ,une épreuve  qui pouvait durer plus de deux heures  .L'appel est passée par le chef du camp un  russe . cet appel a lieux deux fois par jour ;le matin et le soir ,et le signal est la trompette ,un colmarien ,qui au moment de son incorporation dans la wehrmacht habitait dans un quartier appelé le KRUTENAU ( Extrait de Tampow la face caché de L Kleinhentz)les chefs de baraques faisaient sortir les hommes  ceux'ci  devaient s'aligner et  c'est seulement après cela que l'appel en présence du russe pouvait commencer  .Charles Bohnert précise qu'il lui arrivé de tenir un camarade durant l'appel pour éviter un second appel aussi il se souvient du manque de patiente d'un soldat russe en faisant répéter plusieurs fois les chiffres puis redemander un nouveaux comptage ,<< baraque 73 ,128 hommes R A S >> puis enfin arrive  l'ordre de repos  .le clairon sonnait le <<rompez les rangs>> et c'est a ce moment que les hommes pouvaient regagner les baraques  .il y avait ensuite l'inspection du chef de baraque et dans certain cas l'intervention des policiers du camp et les distributions de corvées pour faute dont celle des CH......TES . Le soir il fallait recommencer après le travail à 17 h (en hiver) par moins 30 certains s'écroulés pour ne plus se relever .



 

appel1




 LA NOURITURE  

UN BIEN GRAND MOT !!!!!

Celle ci était distribué en fonction d'un classement  par rapport à l'aptitude de chacun

Le camp comptait 8 cuisines et une au lazaret il y avait une cuisine Fançaise ,une roumaine , une internationale




 

     La cuisine Française ( dessin ILO )

 

   La corvée de choux à la cuisine Francaise les prisonniers n'en verront rien  ( dessin CL  Buret  )

cuisine 1   corve de choux 1




EXEMPLE DE MENU

  Matin soupe ,midi soupe, kach,soir soupe
Les repas étaient servis soit aux réfectoires soit dans des tonneaux .Durant les repas la surveillance était faite par les russes , pour l'eau celle-ci n'était pas très potable mai il fallait bien boire et bien souvent des problèmes gastriques venaient s'ajouter au quotidiens de chacun .
 Récit de Charles Bohnert
 << il y avait les chercheurs de gamelles ainsi que des prisonniers qui n'avaient aucun scrupules vis a vis de leurs camarades, dans certains cas les décès permettaient de pouvoir améliorer les rations, c'était un dernier cadeaux d'un camarade

La distribution du pain se faisait au clairon sous les ordre d'un roumain (le professeur il parlait plusieurs langues )il fallait être à l'heure ,pas de nourriture pour les retardataires .



 

Tableau de nourriture journalière suivant la norme réglementaire affichée au camp de Tampov ( documentation M Gustave Degen )
 
produits Bien portants 100% Les 75 % Les convalescents Les  malades observations
      kg kg kg kg  
Pain blanc     0,500gr 0,200gr  
Pain noir 0,600gr 0,750gr   0,400gr  
Farine 0,010gr 0,010gr 0,010gr 0,020gr  
Macaroni 0,010gr 0,010gr 0,020gr 0,020gr  
Millet 0,090gr 0,090gr 0,070gr 0,070gr  
Viande en conserve 0,018gr 0,018gr      
Viande fraiche 0,030gr 0,030gr 0,150gr 0,080gr  
Poisson 0,100gr 0,100gr 0,050gr 0,050gr  
Saindoux 0,015gr 0,018gr 0,020gr 0,050gr  
Huile 0,015gr 0,018gr   0,010gr  
Sucre 0,017gr 0,021gr 0,030gr 0,020gr  
Beurre     0,030gr    
Lait     0,300gr 0,200gr  
Légumes 0,920gr 1,150gr 0,750gr 0,500gr  
Pommes de terre     0,400gr    
Riz     0,50gr 0,010gr  
Thé 0,002gr 0,002gr 0,005gr 0,005gr  
Sel 0,030gr 0,030gr 0,020gr 0,030gr  
           
  TOTAL   1,857 2,247 2,405 1,645  
           
           



La réalité est toute autre !
récit de Gustave Degen
<< Ah si nous avions touché toutes ces bonnes choses que nous annonçait ce tableau il y aurait quelques milliers de français de plus sous le soleil et tampov 188 n'aurait pas été le haïssable que nous avons connu.>>
 La réalité est toute autre


exemple 
le  premier groupe 600 gr de pain noir 3 soupes de 600 centilitres 1 portion de bouillie
Le second groupe  750 gr de pain noir 3 soupes de 600 centilitres 1 portion de bouillie
Le troisiéme groupe 500 gr de pain  blanc ou 300 gr de biscottes 20 gr de beurre 20 gr de sucre 600 centilitres de soupe 3 bouillies
 En prison  400 gr de pain noir 200 centilitres de soupe


COMPARAISON AVEC LES CAMPS DE CONCENTRATIONS  DU SYSTÈME NATIONAL SOCIALISTE (ces données sont des maximums )

AUSCHWITZ          1942   1500 CALORIES                                         TAMPOV     1340 CALORIES   

 

                           1943   1700
                           1944   1800

BUSCHENWAL      1944    1750
                          1945   1050

DACHAU              1944    1017
                          1945      530



         DOCUMENT SOVIETIQUE 1945

 

     TRADUCTION  EN ALLEMAND

nouriture doc 1   nouriture doc 2

   Ce document montre les quantités pour 25 hommes  à 25 % 


  

balance a pain

 

  
                           La balance à pain de Charles Bohnert et un reste de pain noir de Tampov 

       



 

 Cuillère en bois réglementaire  ( CB)

 

Couteaux fabrication locale (CB)

 

 




A  suivre   LES TRAVAUX EXTERIEURS , LES CORVÉES
http://www.tampow3945.com/de-strasbourg-a-tampov-8-partie-la-vie-au-camp-les-travaux-exterieurs.php




A SUIVRE   



Retour a l'accueil
http://www.tampow3945.com/index.php

 







































 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement