La tragédie des puits de Guerry

                                                           Des alsaciens et des mosellans executés dans le  Cher les 24 juillet et 8 aout 1944

Le drame de Saint Amand  < les puits de GUERRY >


lunique rescapé

                                                   Monsieur  Kramëisen le seul survivant

                                                       
Ce drame qui va devenir un des faits marquant dans l'histoire de la libération du  CHER repose sur une ensemble d'éléments qui réunis sont la cause de ces 36 exécutions   dont  12 alsaciens 2 mosellans 2  personnes du département de la Meurthe et Moselle  d'autres des départements de la Seine, du Cher ,pour les dernières certaines de Pologne ,de Suisse .Toutes ces personnes sont de confession juive
C'est a travers plusieurs documents dont certain d'époque et grâce  a Monsieur KRAMËISEN seul rescapé de cette tuerie ,ainsi qu'au récit de Jean LYONNAIS ancien président de la cour de justice du  CHER et en charge du procès de Paoli  que cette page est mise en ligne ,je doit ajouter certaines informations reçues a titre privées ,courrier du Marechal réponse de Joseph Darnand,  récit du commandant George  Carus .
Pour comprendre le pourquoi de ce drame il faut revenir sur les causes . Dans la région du centre se trouve plusieurs maquis une majorité sont de FTPF il y aussi des FFI mais ceux ci
semblent minoritaires .Aussi quand le 6 juin  le débarquement en Normandie est lancé  les informations pour l'action de la résistance se trouvent diffusées  si dans certains cas elles sont régularisées et interprétées en respectant les ordres dans certains maquis elles se retrouvent entre les mains des chefs qui sont plus ou moins autonomes . La ville de saint Amand est située dans le Cher au sud du département  en 1940 elle est une sous préfecture  elle accueille des réfugiés venant d'alsace et de Moselle de toutes confessions  suite au retour de certains sur les départements annexés il ne va rester que les personnes de  confessions juives principalement  .De plus dans cette ville il  va arriver des personnes  juives venant d'autres département de la zone occupée ainsi que des personnes  d'origine étrangères   de même  confession   . Toute cette population va s'intégrer dans le tissus sociale de la ville .Parmi ces réfugiés   des enseignants  ex Mme EBERHARDT  , M et Mme Dupond Melle Dupond auxiliaire  M Losson,M Parickmiller toute ces personnes s
ont originaires de Moselle   . Une personne  M lle Lechner réfugiée depuis 1939 employée au service de garnison de 1939 a 1942 comme traductrice cette personne fera une demande pour retournée en Alsace auprès des autorités Française  le 30 octobre 1944 alors que l'Alsace n'est complètement libérée  .Présent aussi au commissariat de police comme inspecteur principal M Gelb en service  de 1941 a 1944 . Malgré les difficultés liées a leur statut il n'y aura pas d'altercation entre la population locale et les réfugiés . 

 

siege de la milice

Le siége de la milice

En ce jour le 6 juin 1944 le maquis recevra ce message < Dans la foret normande est un grand lit > ce message et la demande de mettre en œuvre le plan d'action défini un mois avant  et c'est dans l'euphorie que celui ci sera mis en place  sans tenir compte des risques . Les groupes AS du colonel Hubert  ,le groupe combat FTP  de René van Gaver un ancien des Brigades internationales  et le groupe ORA soit un total de 250 hommes environ investissent la sous préfecture du Cher le 6 juin a 18.00 heures  désarment les gendarmes et les policiers du commissariat . La présence Allemande est de 2 hommes au service du travail, en revanche une trentaine de francs gardes  présent dans le secteur et un éléments du 1 régiment de  FRANCE dont le 2°bataillon stationné a quelques kilomètres de là à Dun -sur- Auron   pour  les résistants il faut compter sur la neutralité du régiments le commandant Ardison s'engagea  a respecter une stricte neutralité
Pour les FTP il faut neutraliser la milice qui se trouve 7 rue du comandant Martin  dans un ancien café transformé en fortin .Le miliciens sont au nombres de 7 (réponse du  ministère de l'intérieur  Joseph Darnand au courrier du Maréchal  et de pierre Laval qui donné comme le nombre de 20 francs- gardes)




                    Courrier du Maréchal à Laval

 

                          Réponse de Darnand

lettre marechal 2   courier maréchal 1

reponse darnand 2


Vers 18.30 l'hôtel de milice est encerclée ,un drapeau blanc est mis en place a une fenêtre du étage  les pourparler s'engage Madame Bout de l'An est l'épouse Sylvestre  de Bout De l'An responsable de la milice  participe aux négociations . Il semble que les francs Gardes se sont rendus en ayant obtenus que ont leurs laisses la vie sauve cette promesses ne sera pas tenue 13 miliciens seront pendus . Simone Bout de L 'An ainsi que ces enfants dont un souffre d'un refroidissement grave plus 5 personnes dont quatre  miliciennes sont conduites a l'hôpital
Le 7 au petit matin devant les risques d'une intervention les maquisards quittent la ville en amenant les prisonniers hommes et femmes dans la Creuse   ils laissent la ville sans défense . Le 7 dans la journée M Bout de L'An arrive à st Amand en compagnie du  Commandant  Carus escorter de 30 miliciens  a leur tour il arrêteront plus de 50 personnes principalement des femmes dont certains  membres de leurs familles ont rejoint le maquis , toutes ces personnes seront transportées sous escorte au fort des  BROSSES . De leur coté des troupes allemandes font mouvements sur Saint Amand ,dans la ville les opérations  de recherches de maquisards  se font sans ménagements  des maisons sont incendiée des arrestations  et des exécutions sont pratiquées huit hommes sont fusillés Des le 8 juin les négociations sont entamées il faudra attendre le 23 juin pour que celles ci aboutissent  grâce a l'action de plusieurs personnes   les maquisards acceptent de libérer les femmes et les enfants  contre les personnes détenues au fort des  BROSSES   ce qui se réalisera , pour les 13 miliciens détenus  ils seront exécuter dans des conditions très particulières lors du repli dans la Creuse  .
Après  ces événement tragique les autorités Allemandes vont agir contre ce qu'il nome <  une rébellion hardie>  pour éviter de donner le gout du soulèvement à d'autres villes et villages de la région  .Le 21 juillet de 21 heures a 4 heures du matin  une rafle sera effectuée par des soldats Allemand et des miliciens , 71 personnes juives au total  :27 hommes,35  femmes, et 9 enfants principalement des familles de refugiées dont des Alsaciens et des Mosellans. Cette rafle est organisée par le chef milicien Joseph Lecussan qui s'est auto  proclamé sous préfet du Cher avec l'accord des Allemands et de certaines autorités de Vichy elle sera menée par la gestapo de  BOURGES  avec l'aide de Paoli  en tenue de  membre du SD  un français au service   qui avait  le grade de scharführer.Les personnes arrêtées seront conduites au cinéma Rex, Une personne réussira a s'enfuir M Weill et a se réfugier chez un patriote ,  pendant ce temps les maisons seront visitées  et dans certains cas pillées .Le 22 juillet a 6 30 h du matin toutes ces personnes seront embarquées dans des camions les hommes d'un coté les femmes de l'autre ainsi que les enfants  pour être enfermées dans la prison de  BOURGES  déjà surpeuplée .Il arrivent vers 9 heures  du matin les conditions sont déplorables après une fouille  les hommes sont sous le préau par manque de place puis en cellule  ,les femmes et enfants dans des cellules   soit 17 personnes 14 femmes et 3 enfants , la nourriture est des plus simple  le soir haricots sec cuit a l'eau ,les dames de la croix rouges et certains gardiens apporteront discrètement  un peut de douceur  alimentaire , 1 seul sceau hygiénique  pour la cellule .Le 23 juillet il fait une chaleur accablante , Paoli n'avait pas reçu  des d'ordres précis de la kommandantur d'Orléans  concernant le départ des 70 personnes arrêtées  à ST Amand .A 16 heures les 26 hommes sont sortis de leurs cellules après un appel  ils sont regroupés en prévision d'un départ . Les allemands se sont rendus compte des difficultés de transport des prisonniers vers Drancy  le choix a était  de les liquider  discrètement  d'après Paoli l'ordre serait venu de Hassé (kommandantur d'Orléans ).


                       Lécussan

 

                            Paoli

lecussan   paoli

 



L'exécution


 Suite a l'appel les prisonniers sont invités a prendre leurs bagages et a monter dans le camion ou camionnette  se trouvant dans la cour  ils sont tassées a l'intérieur ,la bâche est rabattue les laissant dans  une fausse obscurité ,Vers 16.30 heures une voiture arrive a son bord prend  place Paoli  le seul Français et quatre  hommes du SD  de Bourges  ,un seul milicien aurait été au courant de cette exécution  il n'y a pas de confirmation sur la présence d'un milicien .
Les véhicules vont prendre rapidement la direction du polygone par la rue moyenne pour rejoindre la route de Never et le petit village de Savigny-en-Septaine à douze kilomètres au Sud -Est de Bourges .Les véhicules vont pénétrer dans le terrain militaire .Un Allemand winterling connaissait bien le terrain comme chasseur il avait repérer un lieu isolé une ancienne ferme  ou se trouvait 3 puits    il serait facile de faire disparaitre les juif sans éveiller les soupons  .
Les deux véhicules vont stationner un peut a l'extérieur de la ferme  .Après un examen des lieux il est décidé que cela se passerait ici .Les  soldats vont faire descendre par groupe de 6 les prisonniers  ,encadré par trois soldats  devant et deux derrière il vont être amenés au lieux de  l'exécution .
Escortés  il se doute surement de ce qu' il va arriver   d'après Paoli ils étaient mis  à genoux au bord du puits puis  un soldat leur tirait une balle dans la nuque et le corps basculait au fond du puits ensuite il était jeté sur les corps  des sacs de ciments solidifiés trouvés sur place  ,des cailloux ,les bagages étaient cachés pour éviter que les personnes suivantes comprennent ce qu'il s'était passé .
La scène se répéta 3 fois a la troisième M Kramëisen comprenant ce qu'il se passe il décide de tenter sa chance pour cela il retira ses chaussures a l'intérieur du camions, encadré par les soldats munis de son bagage a main  tout en faisant mine de les suivre    après 20 a 30 m  il posa son bagage et chercha a rejoindre le mur du corps de ferme pour se mettre a l'abris  plusieurs coups de feu vont retentir il réussira a se cacher et a rejoindre une maison accueillante .
Au dire  du témoin et suite a l'enquête menée après il n'y a pas eu d'exécution par balle mais plutôt une mort provoquer par la chute et par écrasement suite aux objets jetés sur les corps  Il n'y a pas eut non plus de cris ce qui fait penser que peut être certains furent assommés avant ?
Dans le puits n 1ont retrouvera les objets personnel des personnes  dans le puits n 3 profond de trente-cinq mètres 25 corps
Le 8 aout 10 femmes raflées le 21 juillet vont être embarquées a leur tour  2 seront épargnées dans le puits n 2  ont retrouvera sept femme et trois hommes  .Le premier corps remonté est celui de madame Kramësein
Paoli  n'était pas présent le 8 aout  1944  Il sera condamné   a la peine de mort et exécuté le 15 juin 1946
Lécussan sera condamné a mort par la cour de justice de Lyon le 27 septembre 1946


sorti du puit n 3
 
 
                                                                         La sortie des corps du puit n 3

  liste des h
La liste des hommes  document allemand

 
Fernand Bernheim-Dennery
Armand Brunchwig
Maier et Sylvain Dawidovici
Isaak Dreyfus                       ALSACIEN
Elie-Raymond Grunbach
Salomon et   Charles Halkin
Pierre Janklowitch
André et Georges Juda              MOSELLAN
Lucien Kahn                              ALSACIEN
Adolf Klein                                ALSACIEN
Chaskael Krameisen
Gaston et Salomon Lévy            MOSELLAN
Marek Meschel
Michaël Metzger                        ALSACIEN
Léon-Emmanuel Nathan
Alexander Rosenfeld
Jean Salomon                           ALSACIEN
Charles Smoliak
Léopol Strauss                         ALSACIEN
Marcel Walewjk
Edmond, Gédéon et Fernand Weil  ALSACIEN
Félix Wolf,                                ALSACIEN

LES FEMMES   
Levy Mina
Jannkelowitsch Fanny
Lang Jeanne
Wolf Alphonsine
Strauss Colette
Krameisen Marthe
Billou Germaine
Smolaiak Blanche
 
 
D'autres documents seront mis en ligne

Retour à l'accueil
http://www.tampow3945.com/index.php
 
 
 
 
 
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement