LE CAMP DE SOURIOUX  1939 1945



SITE EN CONSTRUCTION

SOURIOUX septembre 1939 -  juin 1940 :
Un camp d’internement pour les étrangers.
 
Si le camp de Gurs est certainement le plus connu des camps de concentration français de la Troisième République finissante, le département du Cher a lui aussi connu les camps de la honte. Ce ne sont pas moins de quatre camps qui ont été ouverts dès septembre 1939 : Vierzon, Bourges, Avord et Bengy sur Craon.
Vierzon fut le plus important
 

C’est aussi cette loi du 12 novembre 1938 qui mentionne pour la première fois le terme de camp de concentration. Ce n’est pas encore synonyme d’Holocauste ; il s’agit de concentrer en un seul lieu les personnes suspectes.
Vierzon ne fait pas partie de ces camps de fortune bâtis en quelques semaines, à l’hiver 1938 -1939.
Ce n’est que lors de la déclaration de guerre contre l’Allemagne que des camps de ce type vont voir le jour : Ils sont voués à l’internement des « ressortissants du Reich allemand ». Gérard Bobitz, auteur d’un ouvrage sur ces camps et lui-même interné après 1942 estime leur nombre à 25000, Allemands et Autrichiens confondus, surtout concentrés dans la région parisienne.
Ce sont ces Allemands ou assimilés parmi eux des Allemands d'origine Alsacienne ou Mosellane  ( Certains  sont issus des 111 915  personnes  d'Alsace ou de Moselle  expulsées en 1919 par les autorités Française)   qui seront les « hôtes » du camp vierzonnais durant cette période 1939 – 1940.

 
1er septembre 1939 : ouverture du camp de Vierzon Sourioux aux Forges
 
Le camp de Vierzon sera plus connu sous le nom de « camp Sourioux », du nom du dernier propriétaire L’Etat réquisitionne verbalement l’usine Sourioux pour en faire un camp d’internement, le premier septembre 1939. C’est la 8e compagnie du 53e Régiment Territorial qui assurera sa garde.



 

                     Le futur camp

 

              vue  de l'intérieur

 


 

                  Plan  du camp 1939

 

               Inventaire et état des lieux

 

 

    


 
Un camp d’internement de première catégorie
 
La loi du 12 avril 1939 classe les camps d’internement en deux catégories. Sourioux sera en première catégorie. Sont concernés par les mesures répressives : tous les hommes de 18 à 65 ans. Peu à peu, devant le nombre important de protestations, le gouvernement fera des concessions (circulaire du 7 octobre 1939) : les hommes sont libérables à 55 ans, ainsi
que les Allemands ayant « femme ou enfant français, anciens légionnaires, ou ayant un frère ou fils mobilisé ». Mentionnés également les cas spéciaux (protégés par la France ou qui auraient un appui politique).
La première catégorie est dite « prestataire ». C'est-à-dire que les internés sont réquisitionnables au travail pour la France ou ses alliés. Témoin cette décision concernant le nommé Ernst LOWENSTEIN le 10 avril 1940 : « né à Soest le 12 décembre 1901, vient d’être affecté en qualité d’affectataire à la Compagnie des Travailleurs, mis à la disposition de l’Armée Britannique… ».
Il existe un deuxième moyen pour ces Allemands de « s’évader » de Vierzon : signer « un acte d’engagement dans l’armée française (la Légion Étrangère) pour cinq ans ou pour la durée de la guerre. »



  Des communistes de Vierzon seront internés  ex: KUNTZ Jean cette personne est d'origine  Alsacienne sa famille  fait partie de celles qui en 1871 ont refusées l'annexion de l'Alsace à l'empire Allemand  .Elle s'établira en France de l'intérieur dont une partie à  VIERZON
En 1939 suite au traité germano sovétique les communistes sont recherchés et certains arrêtés dont Jean KUNTZ  . Il sera  libéré mais il rentrera dans la clandestinité il rejoindra le maquis des F T P  aussi à la libération il s'engagera dans l'armée Française ( peut être pour suivre  certaines directives du parti communiste celui ci a cette époque demandé a certains militants de s'intégrer dans l'armée  pour des raisons politiques  ,c'est a confirmer ) Exemple l'attitude de communistes face à la guerre d'Indochine .  C'est une autre histoire qui va débuter  une  des suites de 1945 .

 

kuntz 1

                                                                                FICHE DE JEAN KUNTZ

           Justificatif d'engagement

                 Extrait de liste    

 




Une commission de « criblage » doit se réunir une fois par mois dans le département. Le camp de Vierzon est le plus grand, la première se tient à Vierzon du 20 au 28 septembre 1939. Elle est chargée d’étudier les situations de chacun au cas par cas, les demandes de libération comme les demandes d’engagement. Mais il y a un recours possible auprès de la commission interministérielle.



                                 
                          

          Télégrame demandant la libération de personnes détenues au camp de Sourioux dont un Allemand d'origine Alsacienne né à Strabourg (malgré la faute sur Strasbourg )


Quelques vierzonnais vont se retrouver également à Sourioux puis transférés au Vernet.
 
400 juifs allemands

 
Le 16 septembre 1939, un convoi spécial parti la veille de Colombes en région parisienne, arrive en gare de Vierzon à 15h30, en plein milieu d’après-midi, sous les yeux potentiellement de plusieurs centaines de vierzonnais. « 400 [ressortissants allemands] ont été dirigés vers le camp Sourioux sous bonne escorte. Aucun incident n’a eu lieu au cours du trajet de la gare au camp » (environ 5 kilomètres à pieds).
On l’a vu, le camp est prêt depuis le premier septembre, une vingtaine de personnes y sont déjà enfermées.

 

   

       le deuxieme bureau au travail

 

        Rapport sur les 400 Allemands

  les 400

 

 

                                                                                     
                                                 israelite sourioux

                                     Extraits de renseignements sur une famille juive Allemande


 

         Correspondance du camp de Sourioux

 

         courrier envoyé au camp de Gurs

 

 

 

  • À Vierzon la mairie va utiliser des interprètes pour faire la relation avec les détenus    Mr SCHWITHAL sera employé ponctuellement par l'administration communale

Le camp fonctionnera jusqu’au 17 juin 1940, jour de l’appel de Pétain. Deux archives nous prouvent qu’un camp existe après cette date. A partir de cette date les résidants du camp seront envoyés en Zone libre et pour beaucoup ce sera l'internement au camp de Gurs  puis la déportation  dans les camps d'extermination .
En juillet et août 1940 il sert de camp de prisonniers de guerre français, gardés par les allemands (Lagerkommandantur).
En décembre 1941, on apprend que les besoins en charbon pour chauffer « correctement » les 13 pièces du camp sont de 150 kilos par jour.
En avril 1943 enfin, on apprend également qu’un nouveau bureau est installé au camp et que le maire est prié de réquisitionner un lit et d’autres accessoires de l’Ecole Professionnelle.


  Sous l'administration Allemande 1940 1944 


             aticle camp de sourioux all


     LE 4 SEPTEMBRE 1940 SOIT 4  ANS JOUR POUR JOUR  AVANT  LA LIBÉRATION DE VIERZON L'ARMÉE ALLEMANDE AVISE LA POPULATION DE L'INTERDICTION DE VISITE AUX PRISONNIERS DE GUERRE AU CAMP DE SOURIOUX

         Demande de déplacement pour des prisonniers

 

           

sourioux all1   sourious all 2

 

    Courrier  de la part de la mairie

 

         Bon de réquisition  1943

sourioux 3 aa   sourioux5 all

 

 

Retour à l'accueil
http://www.tampow3945.com/index.php







 
 
 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement