LE  RÉSEAU BORIEBLANQUE
 L'aide aux  femmes universitaires  réfugiées  1939 1945


 

SITE EN CONSTRUCTION

Cette page va évoquer une partie de l'histoire oubliée de ces femmes  réfugiées   universitaires qui suite au expulsions et aux choix imposés par les autorités Allemandes ont dut quitter leurs activités universitaires, leurs recherches  mais aussi leurs biens matériel et autres
Le cas de ce réseau fait parti de cette page d'histoire. il n'y a pas là matière a la lutte armée mais simplement au droit de vivre c'est sûrement plus difficile a faire comprendre mais bien souvent aussi héroïque
Les documents sont du livre de Remy CAZALS   :lettres de réfugiées aux éditions le club (le grand livre du mois )


A partir de la fin de la première guerre mondiale il fut crée l'A F D U  Association des femmes Françaises diplômées des universités cette association d'influence protestante ,pacifiste, avait comme but d'aider les femmes diplômées dont la situation dut à la guerre avait obligé celles-ci a arrêter leurs études et leurs recherches  . Cette association  anglo-americaine est un exemple dans l 'aide apporter a ces universitaires .
Beaucoup de nationalités sont présentes des Françaises , des Allemandes,des Tchèques, des Polonaises, des Australiennes,des Anglaises, des Américaines, de toutes confessions mais a partir des années 1930 et surtout 1933 des Allemandes, des autrichiennes de confessions juives seront présentes . En 1939 la mobilisation de L AFDU est constante grâce à Marie-Louise PUECH  elle déplace le siège a son domicile ,rue soufflot,puis face aux événements avec son mari il vont l'installer à Borieblanque ,prés de Castres dans le Tarn. De 1940 a 1945 et même après elle va aider grâce aux fonds de l'association ainsi qu'a un réseau discret de collaborateurs cela va  permettre a des réfugiées de continuer leurs études mais aussi  pour certaines personnes  a passer en suisse ou en Angleterre  .Certaines  personnes d'origines d'Alsace ou de Moselle vont bénéficier de ce réseau . 
L'action sera permanente mais aussi, bien souvent en liaison avec des réseaux de résistance bien que cela ne fut jamais l'engagement primaire de leur mission . Certains comme le docteur Polack qui appartenait a une famille juive   responsable du sana de Montfaucon  sera arrêté et déporté convoi 66 du 20 janvier 1944  il sera en liaison  avec le réseau Borieblanque




Marie-Louise Puech
1876-1966
Spécialiste des relations internationales de l’AFFDU

Germaniste et angliciste, elle enseigna, ce qui était inhabituel à cette époque, au Canada, à l’université McGill de Montréal (1900-1908). Elle noua des liens avec les Canadiens anglais et français. Elle a des idéaux pacifistes, internationaliste et progressistes. Féministe elle s’inscrit dans la mouvance de Cécile Brunschvicg. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, repliée en zone libre, elle aida des femmes diplômées, réfugiées françaises et étrangères, à échapper aux Allemands qui les recherchaient. La FIFDU lui faisait parvenir des fonds que son époux transportait en zone occupée. Elle appartient aux instances de direction de l’Affdu depuis l’origine et assure la coordination des relations internationales de l’association pendant près de vingt ans. Elle représente la FIFDU à l’Institut de coopération intellectuelle (ancêtre de l’Unesco) de la Société des Nations. Elle a fondé, au sein de l’Affdu, une « bourse Puech-Milhau » destinée à perpétrer l’amitié franco-canadienne.
Légion d’honneur.

Photographie tirée de l’article de Nicole Dabernat, «Marie-Louise Puech, une femme engagée, 1876-1966 », dans Diplômées, n° 204, mars 2003, p. 17-30.






Il est impossible de donner des chiffres mais beaucoup  de personnes grâce a l'action de Marie-Louise PUECH ont évitées l'arrestation, la déportation  avec la mort au bout du voyage .   Marie-Louise Puech a partir de 1948 prendra ces distances avec l'AFDU elle pris sa retraite à Borieblanque avec jules son mari qui décéda en 1957 .Elle mourut neuf ans plus tard ,en 1966  .

Pour parfaire voici quelques chiffres des sommes engagées les années 41 42 43 ne sont présenter


                                       Touché                      Dépensé

           1940                    105373  fr                74 749,80 fr
           1944                        0                         48 801,65

TOTAL 1940 1944       285105,70 fr                274926,35 fr


Certains cas seront presentés  liés au drame des réfugiés  Alsaciens Mosellans de 1939


UNE THÉOLOGIENNE PROSTESTANTE  MADAME HOFFET

Cette personne est née le 16 janvier 1905 à Muhlbact dans le haut Rhin fille du pateur E Teutsch et petite fille du docteur Hoffel,à l'époque député au Reichstag et président du Land alsacien .Elle sera une des premières femmes a étre  pasteur en Alsace  .Nommé professeur au collège d'Altkirch elle publia un livre sur l'éducation Vérité d'abord en 1936 qui a eu  un certain succés.En 1939 elle fut obligée de quitter l'Alsace ayant tout laissé sur place, elle se retrouve à Cannes  ou elle effectue des travaux de ménage pour pouvoir survivre , son mari envisage de se lancer dans le droit  . Elle fera la demande auprès de la faculté d'Aix ou un bon cévenol  protestant l'encouragera a reprendre ses études mais aussi son ministère   .l'action de Marie-Louise Puech  grâce a l'envoi de fond 300 f va permettre l'achat de livres pour les études  .Madame Hoffet et son mari vont continuer a vivre tout en asseyant de continuer leurs démarches intellectuelles
en 1942 la dernière lettre adressé a Marie-Louise Puech sera comme une suite questions sans réponse 

A son retour des pyrénées ou elles avait passé quelques jours pour se refaire une santé elle a écrit  ces mots 

 Extrait << Ici hélas ,je suis rentrée en pleine misère et j'ai une peine terrible à me remettre au ménage j'espérais  pourtant me remettre en allant pour un mois au repos .>> La suite  de la lettre elle pose la question de la femme mariée dans le droit au travail et a travers la conviction religieuse, elle termine cette dernière lettre il n'y en aura pas d'autre
<< Je dois m'arreter.Il y a le bébé ,il y a la vaisselle et la toilette des enfants.......... il y a tant de choses encore !quelle vie lourde et déprimante à cause de la tension perpétuelle  !>>  23 septembre 1942.

 A partir de fin 1942 ils s'installeront à  La Bourboule de 1942 à 44. Ils retournent en Alsace en 1946 et Marielène Hoffet est nommée aumônière aux camps de Schirmeck et du Struthof pendant la période dite « d’épuration ». Elle exercera son ministère dans des conditions particulièrement dures comme elle en témoigne au cours de son entretien avec Alfred Kern.
Après cela, et jusqu’en 1948, elle occupera un poste d’aumônière des troupes françaises d’occupation à Baden Baden avec rang de capitaine-aumônier et avec pour mission d’expurger l’Eglise allemande de tous les éléments et documents nazis susceptibles de s’y trouver.
En 1948, Frédéric Hoffet s’installe comme avocat à Strasbourg et Marielène obtient un emploi de pasteur-vicaire à Bischeim.
En 1951, la famille Hoffet habite rue du Temple-Neuf à Strasbourg et Marielène quitte son emploi de pasteur pour être plus présente dans sa famille.Jean-Louis Hoffet se souvient de cette époque comme d’une période de vie mondaine : Germain Muller, Marcel Rudloff, entre autres, étaient les habitués de la maison…
En 1958, Marielène reprend du service : elle sera pasteur dans les communes de Villé-Climon-Saales, puis à Strutt, dans le nord de l’alsace.
Frédéric Hoffet meurt en 1969.
Grâce aux demandes insistantes de Marielène Hoffet, le synode de l’Eglise Réformée vote la possibilité de titulariser les femmes pasteurs.
Marielène obtient ,enfin, un poste de pasteur titulaire à Villé.
Elle crée l’association ‘’Femmes responsables’’ – association axée sur les études bibliques et un certain militantisme féministe.
Ainsi, jusqu’à sa retraite, en 1973, Marielène Hoffet exercera ce qu’on nomme un « ministère spécialisé » d’études bibliques qui rayonne à la fois en Alsace et en Lorraine.
Après sa retraite, Marielène ne reste pas inactive, elle participe à des séminaires d’études bibliques à l’Université Populaire.

En 1982, elle fait partie des 22 femmes que François Mitterrand décore de la Légion d’Honneur.
Marielène Hoffet meurt en 1996 à l’âge de 91 ans.




d'autres cas seront évoqués



retour à l'accueil
http://www.tampow3945.com/index.php
 















 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement