LES COMMUNISTES FACE AUX  RÉALITÉS DES ÉVACUÉS D'ALSACE MOSELLE 
                                                            1939 1940 

                                       Suite au traité germano soviétique  


SITE EN CONSTRUCTION


Ces pages  sont  des éléments pour faire comprendre une certaine réalité oubliée a travers des  témoignages et des documents sans vouloir  entraîner une  polémique sur le sujet. 

En 1933  au mois de  Janvier à  Berlin Maurice Thorez  pouvez  dire , que doit ont penser ...........

 

<" Nous ,communistes de France... appelons tous les travailleurs de notre pays à la lutte pour l'annulation du traité de Versailles, pour la suppression définitive et sans conditions des réparations,pour l'évacuation immédiate de la Sarre,pour la libre disposition du peuple d'Alsace Loraine,jusque et y compris la séparation d'avec la  France ,pour les droits de tous les peuples de langue allemande de s'unir librement .> 





 RAPPEL DES EVENEMENTS 

 


  Le 6 janvier 1940  le monde de la presse était au courant


 

       Staline et von Ribbentrop 

     le 23 aout 1939 au Kremlin
 

 

     Les  signatures de von Ribbentrop et de Molotov

pacte gemanos sovietique 1

 

pacte 02

.

Le 23 août 1939 c’était la signature du Pacte germano-soviétique par Molotov et Ribbentrop. Hitler n’a plus la crainte de devoir combattre sur deux fronts et le 1er septembre il attaque la Pologne, ce que Staline fera 17 jours plus tard. Soviétiques et Allemands se rencontreront sur la rivière Bug qui réalisera la nouvelle frontière entre les deux pays. Cela devait déclencher la deuxième guerre mondiale car la France et la Grande-Bretagne, alliées à la Pologne, se virent obligées de déclarer la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939. Plus du tiers de l’ancienne Pologne est annexé à l’URSS, le reste à l’Allemagne. Staline en profite pour attaquer aussi la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie ! Tout cela fut couché sur le papier fin septembre 1939, quand Staline fit venir à Moscou Joachim von Ribbentrop. Un communiqué commun fut signé ainsi que trois protocoles secrets qui réglait  :

 Dans la presse Allemande les articles sur l'armée Russe étaient  trés élogieux  comme ont peut le voir sur l' article publié le 9 novembre 1939 dans le : Die,,Kölnische jllustrierte Zeitung .
La publication avait des légendes en Français ce qui fait penser que certaines de ces revues étaient distribuées dans des milieux proches de certains militants communistes .


 

      LE 9 NOVEMBRE 1939

 

       

presse kologne 3

 

presse kologne 5

          presse kologne 7



   Le partage de la Pologne

   Délimitaient la nouvelle frontière germano-soviétique ;

 ? Plaçaient les trois pays baltes dans la zone d’influence soviétique.

Le 3 septembre en Alsace et en Moselle c'est l'évacuation de plus de 700 000 personnes qui  quittent leurs foyers ,parmi eux des communistes qui se trouvent devant  le dilemme de savoir ou se situer face a ce traité  .Certains vont faire le choix de respecter les voies de Moscou d'autres vont au contraire  quitter le parti .Mais il faut savoir que dans l'instant c 'est le quotidien qui prime pour les réfugiés  

Pendant de temps

Édouard Daladier. interdit la presse communiste dès le 26 août. Il dissoudra le Parti le 26 septembre. La crise à l'intérieur du parti, et jusqu'au plus haut niveau est très profonde. 22 des 74 parlementaires communistes quittent le groupe communiste à l'assemblée nationale et le parti lui-même pour créer un nouveau groupe parlementaire : l’union populaire française. Il faut y ajouter 3 autres dissidents qui ne rejoignent pas le nouveau groupe. Au total, plus du tiers des députés communistes se désolidarisent du pacte germano-soviétique et quittent, au moins provisoirement, le parti.À Paris, le Parti maintient une activité minimale : distributions de tracts, parution épisodique de l'Humanité clandestine. C'est à Florimond Bonte que revient le redoutable honneur de défendre la ligne du Komintern devant l'assemblée des députés. Il n'a pas même le temps de sortir son texte que le président Herriot ordonne aux huissiers de l'expulser. 317 municipalités contrôlées par le PC sont dissoutes dont Vierzon , et 2800 élus déchus de leurs mandats. Au total, il y aura plusieurs milliers d'arrestations. La répression s'est installée jusque dans la CGT, réunifiée depuis 1936, mais toujours tenue en main par Léon Jouhaux . Dès le 18 septembre, le bureau confédéral excluait de la CGT tous ses membres qui ne souscriraient pas à sa condamnation du pacte. Dans de nombreux syndicats de base, les communistes étaient majoritaires : ils seront dissous par le ministre de l'Intérieur (620, au total).
 Certains réfugiés   ne comprennent pas l'attitude des communistes,la majorité  des évacués savent ce qui se passe de l'autre coté du Rhin et par expérience  beaucoup ne veulent revivre la période 1871 1918 , la forte communauté juive d'Alsace  porte sur l'attitude des communistes français un jugement des plus sévère en raison des événements en Allemagne et aussi en Russie   . Certains  nostalgiques des journées de 1918 ou le drapeau rouge a flotter sur la cathédrale     sont prêt a accepter le traité pour d'autres ils préfèrent attendre et voir venir d'autres quitteront le parti temporairement  . La majorité des réfugiés  portera  un jugement  des plus dur  devant l'attitude de communistes .Ce jugement ne sera pas définitif mais il marquera bien des esprits
Dans plusieurs villes industrielles ou le secteur de l'armement est présent les communistes vont distribuer des tracts demandant de ne pas participer a l'effort de guerre .A Vierzon comme dans d'autres villes la distribution se fera auprès des usines . Les  Alsaciens et Mosellans resteront en retrait de ces actions .

Ainsi, un tract distribué en février 1940, déclare aux ouvriers: "par tous les moyens appropriés, en mettant en oeuvre toutes vos ressources d'intelligence, empêchez, retardez, rendez inutilisables toutes les fabrications de guerre." Des sabotages sont relevés à la Société Générale d'Application et d'Électricité et de Mécanique (sabotage de 58 tubes de canon antichar) en octobre 1939, à l'usine de bougies BG en novembre 1939, accompagnés de tracts et papillons calligraphiés, aux usines Renault à Boulogne-Billancourt sur des chars en décembre 1939, à la cartoucherie de Toulouse entre décembre 1939 et février 1940, aux chantiers de constructions navales de Saint-Nazaire....A Vierzon si effectivement il a des distributions de tracts il n'y a pas de sabotages.



 

 

                  Tract communiste 1939

         

              Tract  communiste 1939

 

tract2


 La diffusion de journaux et d'articles apportera  au regard des réfugiés la confirmation de l'attitude des communistes contre la guerre mais surtout  dans l'oubli volontairement ou pas  de certaines valeurs au regard de la république  .

l huma 1 avril 1940


  L'humanité  clandestine du 1 avril 1940 "Il faut arrêter le masacre "autrement dit capituler

Le numéro de l'Humanité du soldat du 1er mai 1940
(Source Bibliothèque nationale de France) permet de comprendre la façon dont le parti se met en ordre de marche pour affronter une crise révolutionnaire qu'il croit comparable à celle de 1917 en Russie, 9 jours avant l'offensive allemande.

 LE 1 MAI 1940   L’Humanité du soldat 1er mai 1940  : extrait :


A bat le gouvernement des jusqu’au-boutistes Prenez garde bourgeois. Si vous jouez avec le feu, c’est à vos risques et périls. Soldats, marins, aviateurs de France, conscients de notre force, nous sommes 6 millions d’hommes sous les armes. En nous grandit la volonté de libérer à jamais notre peuple, nos femmes, nos enfants, du cauchemar de l’exploitation capitaliste et des guerres. Dans les casernes et les cantonnements, dans les casemates de la ligne Maginot, les ports et les avions, partout gronde le peuple soldat. A nos yeux, les traîtres et les criminels ce sont les hommes qui conduisent notre peuple à l’abattoir, ceux qui sacrifie la vie de la jeunesse française ….tous ces commis du capital, à plat ventre devant la finance anglaise.
Le journal sera distribué dans  des villes, des casernes.et autres lieux . 

 Un réfugié de Moselle  aura ces mots : << même les communistes nous abandonnes >>

   DURANT CETTE PÉRIODE DE SEPTEMBRE 1939 A JUIN 1940 LES INTERNEMENTS DE COMMUNISTES MAIS AUSSI D'ALSACIENS AUTONOMISTES ,D'ALLEMANDS ANTI HITLERIENS ET AUTRES FERONT PARTIE  DES MOYENS DE RÉPRESSIONS . 

l’Humanité du 13 juillet 1940 publiait un article inhabituel sous le titre « Fraternité franco-allemande » : « Les conversations amicales entre travailleurs parisiens et soldats allemands se multiplient. Apprenons à nous connaître. Et quand on dit aux soldats allemands que les communistes ont été jetés en prison pour avoir défendu la paix, quand on leur dit qu’en 1923 les communistes se dressaient contre l’occupation de la Ruhr, on travaille pour la fraternité franco-allemande ».



  

 

Le décret-loi du 12 novembre 1938 relatif à “la situation et à la police des étrangers” statue sur le cas de ces “indésirables étrangers” dont il est “indispensable d’assurer l’élimination […] en raison de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale”. En vue de leur internement, des “centres spéciaux de rassemblement” sont créés. Le premier d’entre eux, celui de Rieucros, situé près de Mende (Lozère), ouvre le 21 janvier 1939. Des dizaines de milliers d’étrangers y sont détenues, Espagnols d’abord puis, sous Vichy, Juifs allemands, Autrichiens, Polonais et Français.

L’entrée en guerre conduit le gouvernement Daladier à renforcer la surveillance des milieux politiques considérés comme subversifs et à étendre la procédure d’internement à tout individu, étranger ou non, suspecté de porter atteinte à la défense nationale ou à la sécurité publique.
Avec le décret-loi du 18 novembre 1939, une nouvelle étape est franchie dans la répression : « Les individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité publique peuvent, sur décision du préfet, être éloignés par l’autorité militaire des lieux où ils résident et, en cas de nécessité, être astreints à résider dans un centre désigné par décision du ministre de la Défense nationale et de la Guerre et du ministre de l’Intérieur ». Cette mesure vise principalement les militants et sympathisants communistes ainsi que les “ressortissants de puissances ennemies”. ont trouvera parmi ces personnes des Alsaciens et des Mosellans qui étaient installés en Allemagne et en raison de leurs retour en France furent considérés comme étrangers 


Le cas de Paul Kleinert,
 Réfugié alsacien employé à la poudrerie de Bergerac et résidant à Mouleydier (Dordogne), constitue un autre exemple de l’usage qui était fait de l’internement administratif. Le 24 septembre 1940, Paul Kleinert écrit au préfet pour se plaindre de ne pas avoir été, « à ce jour et comme promis », rapatrié sur Strasbourg. Il met également en avant le fait qu’il ne lui est plus possible de vivre avec les dix francs journaliers de l’aide aux réfugiés. Le 7 octobre 1940, le préfet de la Dordogne adresse une lettre au général commandant la 12e région militaire, résumant ainsi la situation : « Mécontent du retard apporté au rapatriement des Alsaciens réfugiés, Kleinert a adressé une lettre de protestation au sous-préfet de Bergerac dans laquelle il exprime son intention d’organiser à Mouleydier une manifestation placée sous la protection des autorités allemandes. Les intentions menaçantes de Kleinert se trouvent confirmées dans un rapport de gendarmerie où il est en outre indiqué que cet individu, animé d’un très mauvais esprit, est dangereux pour l’ordre public. J’estime dans ces conditions qu’il y a intérêt à le placer dans l’impossibilité de nuire jusqu’à ce que son rapatriement puisse être envisagé. » De fait, par arrêté du 7 octobre 1940, le préfet déclare Kleinert « astreint à résider dans le centre de séjour surveillé du Sablou où il sera immédiatement conduit (…) vu le décret du 18 novembre 1939 relatif aux mesures à prendre à l’égard des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique. »




 

Tract 1940

 

Tract 1940

 

 




                            LE CAMP DE SABLOU

                                                              Le château de Sablou dans le périgord

   

       Des internés communistes

         

          Les indésirables de Sablou

communiste

 

sablou2

 

 A lire aussi http://www.desintox.info/pubarticle.php?artnr=339&prov=ext

 
 

Retour à L'accueil 

www.tampow3945.com/index.php

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement