LES ENTREPRISES ET LES RÉFUGIÉS D'ALSACE MOSELLE  1940 1944


SITE EN CONSTRUCTION


C’est le potentiel économique français tout entier qui fut mis à la disposition de l’occupant. En effet, l’économie française, du fait de la conquête allemande et du blocus allié, se trouvait coupée des marchés extérieurs autres que ceux du « grand espace économique allemand », et donc obligatoirement orientée vers les échanges avec l’Allemagne. Les autorités d’occupation firent tout pour accompagner et renforcer ce processus. Après une période très difficile dans les premiers mois qui suivirent l’armistice, marquée par les pillages de matières premières et de matériels par les Allemands, la désorganisation de la production, puis le chômage des démobilisés, une relative consolidation de la production eut lieu. Mais dans une mesure croissante, les commandes étaient allemandes – payées, il est vrai, avec l’argent français prélevé au titre des « frais d’occupation ». Les entreprises françaises ne fournissaient pas seulement des matières premières et des produits finis, mais étaient de plus en plus intégrées aux filières de production allemandes. Un organisme indépendant du MBF (la Zentralauftragsstelle für West, « Office central pour la répartition des commandes à l’Ouest , travaillant pour le compte des instances corporatives de l’industrie allemande, s’employait à répartir des commandes d’industriels allemands, entre les entreprises françaises, avec l’assistance de l’administration militaire qui conservait un droit de regard. Cette dernière classa les entreprises en différentes catégories selon la nature de leur activité. Par exemple, des entreprises qui travaillaient principalement pour l’armement allemand furent classé Rü-Betriebe ; celles qui devaient bénéficier d’approvisionnements prioritaires, V-Betriebe. Après les accords Speer-Bichelonne de 1943, des entreprises travaillant entièrement pour le compte de l’Allemagne reçurent l’étiquette S-Betriebe qui les mit à l’abri de toute réquisition de main-d’œuvre de la part des services de Sauckel. L’ensemble de la réglementation et de la direction de la production était de la responsabilité du groupe Wi II, « Gewerbliche Wirtschaft » (« économie industrielle et commerciale.)




Ce sujet n'est pas facile a aborder il est très difficile  de faire une analyse de ce secteur sur toute la France de l'époque  , grâce aux archives départementale et privé nous regarderont le secteur de Vierzon sans oublier d'autres villes .

  En 1940  a la demande des autorités allemande le recensement des entreprises et du personnel sera entrepris ce qui sera pour l'administration de Vichy et Allemande un élément important dans le cadre des réquisitions ,aussi cela permet de  justifier le retour de prisonniers pour les industries .
Pour les autorités allemandes cela va permettre de juger les capacités des entreprises et aussi de voir avec certaines  les possibilités de travail au profit de l'occupant dans le cadre de réquisitions directes ou indirectes , certaines  entreprises  passeront des accords de  marché avec l'occupant directement  dans  des secteurs  allant de la mécanique à la porcelaine.

 Sur Vierzon M CHEVALIER  (Directeur de la société Française entreprise de fabrication de matériel agricole , M Chevalier est le président  de la chambre syndicale de  la mécanique sur Vierzon ) fut chargé de ce travail il le fera avec beaucoup de sérieux et d'efficacité comme le démontre le dossier  de plus 100 pages depuis  août 1940 à octobre 1941 toutes les entreprises furent concernées cela permet de présenter une image du milieu de l'industrie  à Vierzon . 

  A travers ces éléments et les renseignements ont peut voir apparaître des informations sur les embauches des réfugiées .


  Dans ces dossiers une présentation complète par secteur d'activité est réalisée avec le compte des heures les nombre de personnes au sein des entreprises   
  ce travail nous apporte une image  chiffrée des entreprises . Parmi le personnel des entreprises des réfugiés d'Alsace et de Moselle.

  Une seconde page est en préparation





         Brouillon du maire

         

          Correspondance pour M Chevalier

courrier maire chevaler   couurir maire chevalier 2


               Réponse de M Chevalier

         

           État    4 août   1940

reponse chevalier 1    aout 40 chevalier
 

 

             État  2 octobre 1940

         

                  État  1 décembre 1940

octobre 1940 chevalier  


                 
                    État   Mars 1941

         

 
  Personnel dans l'industrie  1 octobre 1940

mars 1941 chevalier  








chevalier industrie







 
Retour à l'accueil

www.tampow3945.com/index.php

 







 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement